Expansion palatine

Les déficiences transversales du maxillaire

De fréquence élevée (8 à 18% des patients en consultation orthodontique (Suri L, Taneja P. Surgically assisted rapid palatal expansion: a litterature review. Am J Orthod Dentofacial Orthop. 2008 Feb; 133(2): 290-302. Review.)) et retrouvées dans toutes les dentures, elles sont très souvent associées à des troubles fonctionnels ; ces anomalies doivent être interceptées et corrigées le plus tôt possible en raison des handicaps fonctionnels et esthétiques qu’elles entraînent et de l’absence de correction spontanée.

Ces problèmes transversaux sont généralement associés à des problèmes verticaux et antéro-postérieurs, chez les patients syndromiques ou non syndromiques.

Il s'agit de "palais étroits"

Leur étiologie est complexe et multi-factorielle. Les causes peuvent être congénitales, génétiques, environnementales, liées à la croissance, traumatiques ou iatrogéniques. Les facteurs contributifs incluent une variété de syndromes cranio-faciaux, des habitudes de succion du pouce / des doigts et une respiration buccale lors de la croissance faciale, ainsi que des complications traumatiques ou chirurgicales lors de la réparation d'une fente palatine. L’incidence signalée des déficiences transversales du maxillaire varie de 8,5 à 22% chez les enfants et les adolescents.

Cross-bite ou articulé croisé

Les manifestations cliniques les plus fréquemment rapportées sont les articulations croisées postérieures un ou bilatérales, l’inclinaison palatine des dents, l’encombrement des dents, les arches palatines hautes, les formes d’arceaux étroits / effilés et les problèmes liés à la respiration nasale.

Expansion du palais

 
La correction de la déficience transversale du maxillaire nécessite généralement une expansion du palais grâce à une combinaison de mouvements orthopédiques (squelettiques) et orthodontiques. Trois modalités d'expansion sont utilisées aujourd'hui. Ce sont l’expansion maxillaire rapide, l’expansion maxillaire lente et l’expansion maxillaire rapide assistée chirurgicalement.

Disjonction maxillaire rapide

L'expansion maxillaire rapide est probablement la modalité la plus populaire parmi les trois. Haas propose en 1961, l'utilisation de disjoncteurs palatins fixes pour corriger rapidement la dysharmonie transversale chez les enfants et les adolescents. D'après la littérature, La disjonction maxillaire non chirurgicale améliore la ventilation, augmente la géométrie des fosses nasales et diminue la résistance des voies aériennes nasales chez les enfants et les adolescents (en cours de croissance).
En revanche, cela ne fonctionne pas chez les adultes. Leur suture médio-palatine est déjà fermée. Une disjonction assistée chirurgicalement est nécessaire. Cependant, de récentes études indiquent que la suture maxillaire n'est pas assez fusionnée pour empêcher l'ouverture de la suture palatine maxillaire chez les patients qui sont dans leur fin de l'adolescence ou au début de la vingtaine. Des preuves cliniques, histologiques et radiologiques appuient l'utilisation de la disjonction maxillaire rapide non chirurgicale chez les jeune vingtenaires. La douleur ressentie peut être importante. La prise d'antalgiques diminuera cet inconfort. Il est aussi possible de réduire la fréquence des activation de 2 tours à 1 tour/jour. L'ossification antérieure (au niveau du foramen incisif) est plus tardive. Cela doit être pris en compte lors de la libération chirurgicale de la suture dans les cas de prises en charge tardives.

Expansion lente ou semi-rapide

Le quadhélix, les arcs à boucles et la plaque de Hawley ou de Schwartz permettent d’obtenir une augmentation de la dimension transversale du maxillaire pour autant qu’elle est pratiquée précocement. Ce mode d’expansion est considéré comme plus stable car il permet une réossification ainsi qu’un développement vasculaire concomitant à l’expansion. L’expansion lente est indiquée dans les cas où l’on recherche un effet orthopédique limité, sans objectif ORL.

Plus l’expansion transversale est précoce, moins les forces nécessaires à l’ouverture de la suture interpalatine sont importantes. . Les études cliniques de Wertz et Dreskin corroborent l’étude histologique de Melsen ; l’expansion est plus facile et plus stable chez les enfants de moins de douze ans. Dès l’âge de douze ans, il existe davantage d’interdigitations ou de ponts osseux entre les deux maxillaires. La rupture de ces interdigitations, pour séparer les maxillaires, nécessite une force importante ; il en résulte des mouvements dentaires de version vestibulaire avec un risque de fenestration osseuse et de récessions parodontales, une douleur à l’activation de l’appareil d’expansion, et un risque de récidive augmenté malgré l’hypercorrection. 

Disjonction palatine rapide assistée chirurgicalement

Une chirurgie orthognathique est indiquée lorsqu’un patient présente un problème orthodontique suffisamment grave pour que des traitements de compensation ou de camouflage ne soient plus des solutions de traitement.  Le seul traitement possible devient alors orthodontico-chirurgical. La chirurgie n’est pas un substitut au traitement orthodontique. Elle est intégrée au traitement orthodontique et doit être coordonnée avec celui-ci et avec les autres traitements de restauration (implants, prothèse, parodontologie) si ceux-ci sont requis. La chirurgie a pour objectif de repositionner les bases osseuses face à face lorsqu'un décalage trop important existe. Dans le cas des déficiences transversales du maxillaire, il s'agit d'ouvrir chirurgicalement le palais pour le rendre plus large. cela permet à la mâchoire du bas de s'emboîter correctement dans la mâchoire du haut lorsque le patient ferme la bouche. Outre l'impact esthétique et masticatoire, il y a un impact ventilatoire positif non négligeable à prendre en compte.

Il existe deux moyens d’élargir le palais chez l’adulte:

 

Élargir le palais
en segmentant le maxillaire
lors d’une ostéotomie Le Fort I

 

Élargir le palais
en utilisant le principe de distraction osseuse
(EPRAC)